La notion de perfectionnement

Catégories : Préparation DAF, DIF, CQP
Publié par Alain Foltzer

Il est possible de concevoir 2 conceptions de la notion de perfectionnement en Karaté. L'une que je qualifie de pédagogique parce que plus en rapport à une interprétation didactique de l'activité, l'autre que je qualifie de traditionnelle parce que plus en rapport à une conception culturelle du Karaté.

I - CONCEPTION PEDAGOGIQUE DU PERFECTIONNEMENT

Le perfectionnement ne s'exerce que sur des acquis.

Au regard de la nature de l'activité karaté et de ses enjeux (cad ceux développés par sa méthode d'enseignement), les 1ers apprentissages portent sur l'acquisition des critères de réalisation technique (Critères Posturaux et gestuels) : Le modèle traditionnel d'enseignement du karaté prévoit d'abord que l'élève apprenne à réaliser une technique sur le plan gestuel avant d'apprendre à s'en servir.

Conséquence : Enseigner la gestualité d'une technique n'est pas de l'ordre du perfectionnement et ceci quelque soit le profil de cette technique (De base ou avancée, cad en référence aux Kata de base ou supérieurs).

Pour affiner la compréhension du seuil de perfectionnement (cad, cerner la frontière entre 1ere acquisition et perfectionnement), il est nécessaire de définir sur le plan pédagogique, la notion de technique en Karaté.

Définition de la technique

Une technique en karaté est une action mettant en jeu un certain nombre de principes d'action visant à résoudre un problème lié à l'opposition avec un ou plusieurs partenaires.

Une technique en karaté est la gestion simultanée des principes d'action suivant : La vitesse, la distance, la précision et le respect des critères de réalisation gestuelle. Dans le cas des techniques de pied, l'équilibre est un principe d'action supplémentaire qui vient s'ajouter à cette liste.

Cette définition englobe tous les paramètres de réalisation d'une technique en Karaté. Même si la stabilité par exemple est un principe d'action que l'on peut identifier dans certaines techniques, elle ne l'est pas pour toutes les techniques de karaté (Oï Komi par exemple).

Remarque : Les vidéos pédagogiques en vente sur Infokaraté précisent cette définition et mettent en scènes plus de 250 exercices s'appuyant sur cette logique pédagogique.

Où se situe le seuil de perfectionnement au regard de cette définition?

Rappel : "Au regard de la nature de l'activité karaté et de ses enjeux (cad ceux développés par sa méthode d'enseignement), les 1ers apprentissages portent sur l'acquisition des critères de réalisation technique (= 1 des principes d'action intégré dans la définition ci-dessus)"

Le seuil de perfectionnement se situe donc après cette première acquisition, c'est à dire une fois que les critères de réalisation gestuelle des techniques sont acquis (Chemin moteur des bras ou des jambes, placement du corps, configuration gestuelle et posturale du mouvement).

En d'autres termes, le perfectionnement débute dès lors que la technique est mise en situation, c'est à dire COMBINEE aux autres principes d'action : La vitesse, le distance, la précision + l'équilibre pour les techniques de pieds.

Les assauts conventionnels sont les outils de perfectionnement technique par excellence puisqu'ils favorisent une mise à l'épreuve progressive des techniques acquises sur le plan gestuelle. Le Kyhon quant à lui est l'outil idéal pour les acquisitions gestuelles. Le Kata pour sa part se situe entre le Kyhon et les assauts conventionnels puisqu'il est un outils d'acquisition technique chez les débutants et de perfectionnement pour les autres (Répertoire tactique).

II - CONCEPTION TRADITIONNELLE DU PERFECTIONNEMENT

Selon cette conception, la logique est plus simple et radicale : Tout ce qui dépasse le stade de préparation au 1er dan devient du perfectionnement. En d'autres termes, tout ce qui est en dessous du 1er dan et cela jusqu'à son obtention est de l'ordre de l'apprentissage du minimum à ACQUERIR pour entrevoir un perfectionnement.

Dans ce cas, le perfectionnement commence une fois le 1er dan ACQUIS (cf/voir programme des Dan).

Conséquence : Une question de type "perfectionnement des Kata de base" n'a de sens que si l'élève est au minimum 1er dan.

Enjeux pédagogiques : Selon le principe traditionnelle que traduit normalement le programme de passage des Dan, le Ippon Kumité par exemple, retenu comme assaut conventionnel du tronc commun du Shodan, n'est pas un outil de perfectionnement alors que le Jyu Ippon Kumité (AC du passage du Nidan) le devient. Etc...




Partager ce contenu