• en
  • fr


Les pratiques bloquées

Les pratiques bloquées


Categories : Pédagogie & enseignement , Théories de l'apprentissage
Auteur : Alain Foltzer

Une pratique bloquée est une technique d'entraînement ou d'apprentissage qui consiste à faire répéter un grand nombre de fois le même exercice (Comme le kihon ou les gammes tactiques sportives "sur cible fixe" > Ca a son importance).

Cette technique se différencie de ce que l'on appelle, la pratique "semi aléatoire" (on alterne 2 exercices de manière régulière : XZXZXZXZ...) puis la pratique aléatoire (on alterne 2 exercices de manière totalement aléatoire XX ZZZZ X ZZ XXXX ...) et finalement, la pratique différentielle (dans 1 même exercice, on change en permanence à chaque essai les conditions de réalisation de l'exercice).

Sur le plan des apprentissages, la pratique bloquée a au moins 1 avantage et au moins 1 inconvénient : Elle permet l'automatisation de l'action répétée MAIS elle en limite le transfert vers une situation différente de la situation d'apprentissage.

Quant au transfert, pour faire simple, on peut le résumer en l'aptitude à reconvoquer des habiletés acquises (voir des expériences) dans une contexte différent de la situation d'apprentissage (ou vécue si l'on parle d'expérience).

Pratique bloquée et transfert d'apprentissage ne font pas vraiment bon ménage à moins d'user de stratégie de type "contextualisation - décontextualisation - recontextualisation" (P.Merieu - J.Tardif).

L'idée est simple :

1/ Contextualisation : On créé une situation duelle de référence > un Kumité type AC, bunkaï,...

2/ Décontextualisation : On isole une technique pour la performer > en Kihon

3/ Recontextualisation : On réintroduit l'élément performé dans la situation initiale.

Le problème avec la pratique bloquée au moment du Kihon va être le temps nécessaire aux répétitions pour performer cette technique qui risque de prendre le pas sur l'objet d'enseignement (l'assaut conventionnel, le bunkaï) sans compter sur le peu d'adaptabilité conférée à cette technique.

En somme, la pratique bloquée n'est pas ce qu'il y a de mieux pour apprendre une technique et favoriser son transfert au delà de la situation initiale. Elle oblige à y passer beaucoup trop de temps et peut mettre au second plan la vrai situation de travail.

De plus, le risque avec la répétition "bloquée" de la technique à performer est de la rendre opérationnelle uniquement vis à vis de la situation de référence. Le karaté joue sur le fait que de très nombreux AC sont voisins ce qui compense en partie la pratique bloquée, mais à quel prix pour les débutants entre autre!!!

Bref, je m'étale pas, il y aurait bien d'autres choses à préciser.

Par contre, on retrouve le même écueil avec les gammes tactiques dans la version sportive : Sur des cibles ou partenaires immobiles, c'est aussi une pratique bloquée. Alors que sur une cible en mouvement (qui se déplace dans des directions aléatoires), cela devient une pratique différentielle.

Pour conclure, notez que pour favoriser les apprentissages techniques que ce soit en mode traditionnel ou en mode sportif, en vue de dépasser une pratique bloquée, il suffit soit de mettre la cible/partenaire en mouvement (pratique différentiel), SINON ou en PLUS, intercaler de manière aléatoire une 2ème technique et les répéter de la sorte.

C'est aussi simple que cela.

Ca ne remet nullement en cause les 2 modèles existant, ça les optimise. Et même si cela se fait déjà, vu sous cet angle, votre démarche pédagogique n'es sera que plus éclairée.

Au final, rien ne vous empêchera aussi de créer ou de tester (enseignant concepteur) à partir de ces connaissances de nouvelles formes de travail pour enseigner n'importe quelle technique.





Partager cet article